Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Prince du Fleuve Congo
Archives
Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 95 406
1 décembre 2006

Analyse Par Désiré Kabwe

Allons droit au but. Je serai bref, et résumerai mes vues en 2 points:

I. FUITE DES DEBATS

Ceci devient une habitude chez les kanambistes. Nous avons posé des problèmes très clairs, pour lesquelles nous n’avons pas eu de réponse ou tout au plus des réponses évasives.

J’ai démontré qu’il existe plusieurs personnalités politiques qui ne maîtrisent pas le lingala ou ne le parlent pas du tout, et qui ne sont jamais traités d’étrangers. Ce n’est pas à cause de la langue ni du fait supposé de venir de l’est qu’on voit en Kanambe un étranger. Non. Chez lui, c’est le flou sur tous les points de son identité qui confirme nos soupçons. LDK ne fut qu’un père nourricier, pas même adoptif.

Il a fallu une pression forte de Ngbanda et de l’UDPS pour que l’entourage du petit président finisse par admettre que leur s’appelait Kanambe Kazemberentware Hyppolite mais en précisant que ce fut seulement un nom d’emprunt dans son exil tanzanien. Ils oublient que l’opposant LDK (père supposé) n’avait jamais changé de nom, ni toute sa ribambelle d’enfants non plus. Quelle urgence y avait-il que seul ce bambin de 7 ans change de nom (nous sommes en 1978 lorsque la famille quitte, il parait, le Zaïre, pour s’installer en Tanzanie)? Mobutu malgré sa brutalité ne pouvait pas s’en prendre à un gamin de 7 ans en Tanzanie, laissant vie sauve aux nombreux demi-frères et sœurs, et surtout, au père lui-même LDK avec qui il avait de litiges.

Arrêtez donc de prendre les gens pour des cons !

Et si James Kabarebe avait décidé de rester comme l’ont fait ses amis, les Bizima, Ruberwa ou Kanambe, vous traiteriez sûrement de xénophobes toutes les critiques de ces types.

Kanambe n’est pas rentré avec son chef James parce qu’il savait qu’il ne serait même pas officier subalterne au Rwanda Voilà pourquoi ce type est resté. Car au Congo, il était déjà très haut gradé.

C. Quid des élections, de la fraude massive et de la cohorte d’actes barbares contre les opposants de l’UN qui les ont caractérisées. Kanambe a bel et bien été battu, mais les nombreux traîtres congolais, dont Malu-Malu, soutiennent le contraire. Gizenga est l’exemple vivant de ce que les kinois appelaient «nzombo le soir»: On raconte que ce poisson se nourrit toujours le soir, peu avant qu’il ne fasse nuit. De même Gizenga, au crépuscule de sa vie, veut enfin goûter aux délices que peut offrir la politique, avant de s’en aller ad patres... et tant pis pour la mémoire de Lumumba dont il se réclame... Son cas ne m’intéresse pas. Il n’est ni sage, ni patriote, mais un traître comme de nombreux autres.

D. Ne soyons pas ridicules, voyons! Si Bemba a réussi à battre «Kabila» -n’en déplaise aux kanambistes et à la bande des menteurs et escrocs internationaux- il est d’autant plus clair que Tshisekedi allait l’emporter par un score fleuve. Mais les tireurs de ficelle belges et onusiens le savaient, c’est pourquoi ils lui ont rendu impossible toute implication dans le processus électoral. Au fait, qui s’imagine honnêtement un Parlement congolais démocratique et représentatif de la population sans UDPS? Que certains militants de l’UDPS aient voté nonobstant l’appel de Tshisekedi à s’en abstenir, cela va de soi dans un parti démocratique. Ces hommes et femmes ne sont pas la propriété privée de Tshisekedi. Tenez: certains cadres de l’UMP «anti-Sarkozy» en France ont d’ores et déjà déclaré qu’ils voteraient pour la candidate Ségolène Royal au lieu de Sarkozy. C’est leur choix. C’est cela la démocratie, voyez-vous?

II. MAIS LE KIVU, LUI, REGRETTERA SON CHOIX

Pour le reste, sachez que les Kivutiens viennent de commettre la grosse bêtise de leurs vies après tant d’années de souffrances et de résistance. En espérant se soustraire définitivement à l’emprise du Rwanda, ils font exactement le pire des actes en votant pour un Ruandais de souche. On peut illustrer cela avec l’anecdote du crocodile" Bozoba esala croco". Car seul le crocodile fait la même chose: il fuit la pluie en se cachant dans les profondeurs de la rivière, pour ne pas être mouillé, semble-t-il! De même les Kivutiens ont plébiscité leur nouveau ’’mwami", un ruandais proche du pouvoir de Kigali, pour se soustraire précisément à la tyrannie de ce pouvoir !!! Un terrible aveuglément, dont certains ici en tant que membre de l’élite régionale, sont largement responsables.

Tout le monde a suivi avant hier les déclarations du Commandant de la Monuc chargé des opérations à Sake. Selon lui, le cas Nkundabatware est un problème politique et non militaire, un problème qui doit se résoudre par la négociation. Il dit savoir où est Nkundabatware, et même comment le mettre hors d’état de nuire. Mais il refuse de le faire, en privilégiant une solution politique négociée entre Nkundabantware et le gouvernement de Kazemberentware. Or chaque enfant au Kivu connaît les exigences de Nkundabantware. Il faudra donc lui répondre plus ou moins favorablement pour qu’il se calme.

Notez que Nkundabatware ne réclame pas de portefeuilles ministériels. Cela ne lui suffira pas. Il sait que c’est éphémère. Ruberwa, membre de sa communauté, fut vice-président, et cela n’a pas tari sa soif. Nkundabatware exige vaguement que les droits de «la minorité tutsie» soient respectés. Et la toute-puissante Monuc, très attentive ce cri de «détresse», semble donner le ton en proposant la tenue de ce genre des négociations, négociations devant aboutir à une espèce d’autonomie de cette minorité, non pas dans le Mayombe, ni dans le Sankuru ni à Kikwit. Non, ce sera au Kivu, mes chers amis kivutiens!!! C’est alors qu’il y aura encore des pleurs et des grincements des dents!

Salutations à tous!

Publicité
Commentaires
A
Si les tutmachin sont minoritaires et qu'ils méritent autant d'égards, pourquoi ne parle-t-on pas des bakuba, des kete, des twa, des pygmées et autres peuplades presque en voie de disparition ? Et quel intérêt représentent les tutmachins pour le pays R.D.C. ?<br /> Si l'on continue de persévérer à acréditer cette thèse, il y a anguille sous roche. Les complices ne veulent pas submerger lors des procès spectaculaires où seront étalés leurs crimes communs. La meilleure façon est de tout enterrer en protégeant la main qui exécute. Celui qui arme ne veut point entendre parler des horreurs commises par ses produits entre les mains du criminel.<br /> Comprenons-le ainsi et trouvons un moyen de nous défendre contre la prédation et les mensonges de leurs médias endormeuses. Leurs points de presse deviennent des séances d'intoxication. Ils font semblant de dévoiler un pan de la vérité alors qu'il ne s'agit que d'un pic d'iceberg en totale disproportion avec la partie immergée.<br /> Bon week-end chez vous !<br /> Alphonse-Marie
Prince du Fleuve Congo
Publicité
Derniers commentaires
Prince du Fleuve Congo
Publicité