Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Prince du Fleuve Congo
Archives
Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 95 406
18 mai 2010

La Capitale mondiale du Viol !

Il y a quelques semaines un article, paru dans divers médias internationaux, parlant de cette horreur qu’est le viol m’a interpellé. J’ose croire ne pas avoir été le seul dans ce cas ! Mais, curieusement, en me promenant sur la Toile, dans les multiples réseaux dits « sociaux », et guettant les commentaires des hommes et des femmes, j’ai été surpris de voir que cela ne déchaînait pas les passions. Dû moins, pas autant que je l’aurai cru. Et c’est particulièrement les réactions des Congolaises et Congolais qui m’ont  intrigué et m’ont quelque peu laissé sur ma faim. L’article titrait pourtant de manière tapageuse et aurait dû attirer les Congolaises et les Congolais comme un néon, brillant dans la nuit, attire des nuées d’insectes. Cet article, en fait ersatz des déclarations de l’envoyée spéciale du Secrétaire-Générale de l’ONU pour les violences faites aux femmes et aux enfants dans les conflits, Margot Wallström, suite à sa visite en RDC, reprend les paroles de cette dame et qualifie notre cher pays de « capitale mondiale du viol ». Les chiffres qu’elle donne sont proprement hallucinants et pourtant, la relative indifférence du public quant à ces propos en est presque choquante.

On parle de quoi au fait ? Que disent donc ces chiffres ?

Pour le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés, rien que pour le premier trimestre 2010, 1.244 cas avérés de viols ont été recensés par le HCR en RDC !!!! 1.244 !!!! Soit 14 femmes violées par jour !  Si l’on se réfère à cette statistique (sic), et en extrapolant sur le fait que la situation ne s’améliore ni ne s’aggrave, nous arrivons à 14 fois 365 femmes violées sur une année, soit 5.110 !!

Et les spécialistes en victimologie vous diront que dans le cas du viol, il faut multiplier le nombre de cas déclaré par « au moins » 5 ou 6 pour avoir une estimation de la réalité des faits car de très nombreuses femmes violées se taisent. Donc, la réalité tendrait vers le chiffre de 30.000 femmes violées en une année ! C’est plus de la moitié de la population féminine de Genève que l’on violerait en une année!

Et depuis 1997, cela fait 390.000 !

Il faut souligner que l’on ne parle pas ici d’un viol sordide au coin d’une rue sombre perpétré par un détraqué sexuelle. Non, nous parlons ici d’actes barbares qui ne sont pas la manifestation d’un fantasme (ou déviation) sexuel d’un individu qui ne peut assouvir sa libido que par un acte forcé, mais bien d’une stratégie froidement réfléchie, d’un plan mûrement pensé et dont la finalité est l’instauration de la terreur dans le chef de tout une communauté afin de le dominer. Le plan est bien de détruire le tissu social et communautaire de manière à s’approprier des terres riches en ressources.

Huuuuummm… Vous êtes sceptiques ??? Je peux le comprendre car ce plan n’est pas évident.

J’ai souvent constaté que les réactions d’une grande majorité des Congolais se faisaient en fonctions du degré de « proximité » qu’ils ont avec les victimes. En effet, le Congolais a cette faculté de ne pas se sentir concerné tant qu’un membre direct de son entourage n’est pas parmi les victimes. Et c’est pour cette raison (entre autre) que les commentaires ne sont pas si nombreux lorsque de tels articles sont publiés. Tenez, sur un site où cet article figure, il n’y a « que » 50 réactions de 20 intervenants. Donc moins de 50 personnes ont réagit.

Et sur Facebook la tendance est identique. Sur 100 réactions, le nombre réel de personnes intervenant est inférieur à  la moitié ! Et souvent, 1 intervenant sur 3 n’est même pas Congolais. Attention, je ne dis pas que seuls les Congolais devraient réagir, mais je trouve inquiétant que peu de Congolais réagissent à un problème qui les concerne au premier chef.

Mais vous qui me lisez, que vous dit votre conscience ?

Philippe L.

Publicité
Commentaires
Prince du Fleuve Congo
Publicité
Derniers commentaires
Prince du Fleuve Congo
Publicité