Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Prince du Fleuve Congo
Archives
Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 95 406
27 avril 2006

Special Elections: Plus d'argent à la CEI!!!

Les caisses de la CEI vides !


Nos correspondants dans les capitales des pays membres de l’Union européenne confirment l’information selon laquelle les caisses de la Commission électorale indépendante (CEI) sont vides!

D’après la même information, les graves difficultés de trésorerie de cette institution d’appui à la démocratie sont à la base des démarches tendant à obtenir unilatéralement le report de la tenue de premières élections annoncées qui ne pourraient plus avoir lieu avant la fin du mois de juillet prochain.

Des personnalités politiques du monde des affaires ayant des entrées faciles dans les dédales de la CEI affirment que ces graves difficultés sont à la base de fréquents déplacements de son président en Europe au cours des trois derniers mois de l’année 2006.

Selon la même source, M. L’Abbé Apollinaire Malu Malu, aidé en cela par M. Louis Michel, le commissaire européen à l’action humanitaire, s’est adressé plusieurs fois aux bailleurs de fonds qui ont accepté de financere l’organisation des élections à tenir prochainement en Rdc afin d’obtenir une rallonge des crédits nécessaires à l’achèvement du processus, mais sa demande n’a pas abouti

Les bulletins de vote manquent

Aucun commentaire n’a été fait au sujet de ce rejet, mais on indique sans aucune précision que les contribuables européens ont déjà commencé à faire pression sur leurs gouvernements en vue de les amener à renoncer à toute initiative liée au processus électoral en cours en Rdc qu’ils jugent sans lendemain!

Il y a lieu de se demander ce qui reste aujourd’hui de l’influence de Louis Michel, d’Aldo Ajelo et tutti quanti; quanti en Europe face au camouflet qu’ils viennent d’essuyer de la part des bailleurs de fonds Européens qui refusent aujourd’hui d’accorder des miettes à un processus électoral pour lequel ils ont dépensé hier sans compter!

D’après une source digne de foi, les miettes dont il est ainsi présentement question sont destinées à l’impression des bulletins de vote dans un pays membre de l’Union Européenne présentant des garanties de sécurité à ne pas mettre en doute. On croit savoir que c’est la Belgique qui pourrait exécuter la grosse commande de la CEI après celle introduite auprès d’elle par la Banque centrale du Congo pour la fabrication des billets de 5.000 et 10.000 francs congolais. Un grand coup portant la griffe de Louis Michel.

Un protocole à négocier

Comme on peut le constater, c’est l’élément essentiel qui manque maintenant à la CEI pour que le processus électoral engagé arrive à son terme : les bulletins de vote. Il en faut autant qu’il y a d’électeurs potentiels recensés et enrôlés, soit près de 30.000.0000 de papiers.
Or, pour que ces bulletins soient imprimés, il faut de l’argent que la CEI n’a pas à ce jour. Il faut prendre le temps de réunir le fonds en question, de passer la commande, d’imprimer les 30.000.000 de bulletins et, enfin, de les faire venir au pays avant de les faire parvenir à leur lieu final d’utilisation au moins 7 jours avant la tenue du scrutin!
Maintenant que la botte secrète vient d’être dévoilée, à quoi le peuple congolais est-il en droit d’attendre de la CEI?
La réponse à la question posée est bien simple. Le peuple Congolais a besoin d’une information directe et véritable pour qu’il sache désormais à quoi s’en tenir.
Sans fausse honte, la CEI doit déclarer solennellement qu’il devient impossible de tenir avant longtemps les élections annoncées, quitte aux forces politiques et sociales en présence de négocier un protocole intérimaire devant permettre aux institutions du pays de fonctionner normalement après la date du 30 juin de l’année en cours.


Kinshasa, 27/04/2006 (Tempête des tropiques, via mediacongo.net
Publicité
Commentaires
Prince du Fleuve Congo
Publicité
Derniers commentaires
Prince du Fleuve Congo
Publicité